Auteur: Savinel, Christine
Editeur: Editions Rue d'ULM
Publication: 2017
ISBN: 978-2-7288-0566-2
 
Lire le livre Table des matières Partager le livre

Il y a chez Gertrude Stein (1874-1946) une constante propension autobiographique. Son œuvre entière s’entend comme un monologue dramatique ininterrompu, un peu à la manière de Rousseau, mais sans confessions, et plus proche de Nietzsche par le caractère réflexif.
Dans les années qui suivirent L’Autobiographie d’Alice Toklas (1933), sorte de remarquable « Comment j’ai écrit de si bons livres », elle écrivit, autour de son unique – et triomphal – voyage de retour en Amérique, deux textes inclassables : Quatre en Amérique (1934) et L’Histoire géographique de l’Amérique (1936), à quoi il faut ajouter l’extraordinaire roman policier raté qu’est Du sang sur le sol de la salle à manger (1933). Stein y relance de manière plus ou moins indirecte les enjeux de son identité, littéraire, intime, linguistique. La période se clôt avec L’Autobiographie de tout le monde (1937), qui, derrière l’annonce d’un texte écrit au nom de tous les autres, se révèle théâtre de la reconnaissance et de la disparition de l’image de soi.
Cet essai s’attache ainsi à un moment, relativement tardif dans l’œuvre de Stein, que l’on pourrait dire hyper-autobiographique. Pourtant, l’autobiographie semble être un genre impossible pour qui, comme elle, ne croit pas à la possibilité de témoigner pour l’autre ou pour l’histoire, et recherche une langue hors évènement. Mais c’est aussi un genre idéal pour qui, comme elle encore, croit que chaque instant n’existe que s’il s’écrit, que s’il devient littérature.

Voir toute la description
 

Score

0

Thématiques

Tags

Dossiers

Présent dans 0dossiers publics

Dossiers

Présent dans 0dossiers privés

Notes

0

Groups

0

Commentaires

0

Videos